Anti-âge: le nouvel âge d’or des actifs

Photo: © 123RF / goodluz

Si les produits anti-âge ont longtemps été confondus avec les antirides, ils bénéficient aujourd’hui d’une multitude d’actifs pour aider la peau à mieux vieillir. Zoom sur les plus innovants.

 

Rides, taches, relâchement, les effets du vieillissement sur la peau sont multiples. Mais loin d’être une fatalité, ils sont désormais contrés par une armada d’actifs antiâge que les enseignes cosmétiques intègrent à des formules pointues. « Si les marques ont longtemps ciblé les rides, c’est parce qu’elles représentent un signe de vieillissement de la peau relativement visible. Désormais, ce que l’on veut, c’est une réponse globale, et donc disposer de produits qui apportent une belle luminosité au visage, de la fermeté et un aspect reposé », résume Sophie Strobel, cosmétologue allemande et consultante pour beauté. Pour cela, les marques s’octroient les services d’actifs reconnus pour leurs propriétés anti-âge.

 

Des acides de fruits à petite dose

Sur la liste des actifs efficaces, les acides de fruits (AHA) que les laboratoires cosmétiques ont réussi à dompter pour qu’ils soient efficaces sans agresser : « Ils sont aujourd’hui utilisés dans les soins anti-âge pour un usage quotidien avec une action lissante sur le grain de la peau, qu’ils améliorent », explique Sophie Strobel. Chez Yon-Ka, ils ont été intégrés à l’alpha complex pour éliminer les cellules mortes qui ont tendance à ternir le teint.

 

Des trésors végétaux

Le marché de l’anti-âge tire d’autres bienfaits de la nature. Ainsi, les polyphénols (tanins, OPC, anthocyanes) sont parmi les plus puissants antioxydants. Ils préservent de l’oxydation qui provoque le vieillissement et forment un formidable rempart antiradicalaire. Chez Ella Baché, on s’est concentré sur les propriétés de l’olive dont tous les bienfaits ont été extraits. « Outre la fraction huileuse du fruit riche en oméga 9 et en squalène, qui va nourrir et protéger la peau de la déshydratation, on utilise la fraction aqueuse qui contient de l’hydroxytyrosol, l’un des plus puissants antiradicalaires naturels identifiés à ce jour, tandis que le marc d’olive contient de l’acide maslinique, qui permet de restructurer l’épiderme et de lutter contre l’inflammaging », détaille Sébastien Hameury, chef de projet « actifs » chez Ella Baché. Mis en avant par la marque dans ses deux nouveaux soins anti-âge Skinissime, ces phytoactifs ont été couplés à des sucres issus de la myrte – des oligosaccharides – aux propriétés antivieillissement.

 

Des peptides surpuissants

Les peptides, des chaînes d’acides aminés, sont, selon Sophie Strobel, ce qui existe de plus performant aujourd’hui sur le marché de l’anti-âge : « Ils agissent comme une clé qui active la défense cellulaire. » Résultat : c’est la peau elle-même qui va trouver les ressources pour faire face aux agressions de l’environnement. Qu’ils soient issus des plantes ou de synthèse, ils boostent le renouvellement cellulaire, stimulent les cellules pour qu’elles produisent du collagène et de l’élastine, deux composants essentiels à l’élasticité et la fermeté de la peau. Ils possèdent même des propriétés qui parviennent à éteindre le processus d’inflammaging. Chez Sothys, ce sont ces molécules toutes puissantes qui ont été couplées à des actifs végétaux issus du safran et de la sophora pour les intégrer à de nouvelles crèmes jeunesse, ainsi qu’au protocole en institut : « Le complexe peptide ß-P3 permet de combattre les signes du vieillissement tels que les rides et le relâchement cutané, et de redonner de la fermeté et de la vitalité à la peau. Avec une combinaison d’actifs complémentaires, ils apportent une réponse spécifique à chaque besoin », détaille Florent Mas, directeur Recherche & Développement chez Sothys.

 

Des bactéries qui font du bien

La piste des probiotiques, auparavant réservés à l’alimentation et à la santé, fait aussi son entrée dans le domaine de l’anti-âge : s’ils font du bien à notre système digestif, ils commencent également à séduire le monde des cosmétiques en renforçant notamment la barrière cutanée. Pour une peau encore plus forte face aux agressions.

 

L’importance du geste

Tout aussi essentielle que les actifs, la gestuelle influe sur l’efficacité d’un protocole anti- âge. Tant et si bien qu’à l’institut Françoise Morice, un soin visage entièrement réalisé manuellement et dénué de produit spécifique lui est dédié : « Cette technique, la Kinéplastie, a été mise au point il y a soixante-dix ans pour traiter les personnes blessées pendant la guerre, dans le but d’aplanir les tissus et d’atténuer les cicatrices », explique Delphine Prudhomme, directrice de l’institut. Aujourd’hui, le geste fait référence et accompagne de nombreuses femmes dans la reconquête du capital jeunesse de leur peau.

 

Méfiance face au soleil

Si les dommages liés au soleil ne sont plus méconnus, les actifs pour parer ses méfaits continuent d’être étudiés. Outre les filtres solaires qui jouent un rôle de barrière, les antioxydants permettent de protéger la peau face aux agressions générées par les UV. Attention, toutefois, ils ne dispensent pas d’une protection solaire !

  

Anne-Lise Favier